Revue d'Histoire et de Philosophie Religieuses

RHPR 2005, tome 85, no 2

Texte intégral - Full text  Texte intégral (fichier PDF) - Full text (PDF file)

Résumé - Abstract  Résumé - Abstract

 

Texte intégral - Full text

Marc Philonenko

Brève présentation

193

Articles

Texte intégral - Full text Résumé - Abstract

André Damien

Réflexions à propos de la séparation des Églises et de l’État

Reflections on the Separation of the Churches and the State

195-205

Boule La loi de 1905 est l’aboutissement d’une longue lutte entre la République et l’Église catholique. Mais les républicains ont longtemps hésité avant de renoncer au Concordat de 1801, qui permettait un contrôle des cultes. Émile Combes ne se résout à la Séparation qu’en septembre 1904. Mais c’est l’habile Aristide Briand qui en tire tout le bénéfice politique, car il a compris la nécessité de faire voter une loi acceptable par les catholiques. L’apaisement n’a lieu que dans les années vingt, mais il permet aujourd’hui à la loi de 1905 de servir de référence solide à la laïcité française.

Boule The French « law of 1905 » is the outcome of a long struggle between the Republic and the Roman Catholic Church. Yet the republicans hesitated for a long time before they gave up the Concordat of 1801 that allowed the control of the forms of worship. Émile Combes accepted the Separation only in September 1904. However, Aristide Briand skilfully profited from it politically, since he understood that it was necessary to pass a law that was acceptable to the Catholics. The appeasement took place only in the twenties, and today the law of 1905 is a solid benchmark of French secularism.

Texte intégral - Full text Résumé - Abstract

Jean-Claude Groshens

À propos de la Loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Églises et de l’État

On the Law of 9 December 1905 concerning the Separation of the Churches and the State

207-233

Boule Perçue comme charte du fait religieux et clé de voûte de la laïcité, la loi de 1905 qui assure la liberté de conscience et garantit le libre exercice de tous les cultes avait pour objet principal la désétatisation des cultes jusqu’alors « reconnus ». Il fallut du temps pour que ceux-ci apprennent à utiliser toutes les ressources auxquelles leur renvoi dans la société civile leur donnait accès. Quant aux pouvoirs publics, ils ont hésité sur la ligne à suivre devant l’émergence de formes nouvelles de religiosité et l’irruption de l’Islam dans la société française. Cette loi est un élément parmi d’autres d’un équilibre complexe.

Boule The law of 1905, which ensures the freedom of conscience and guarantees the free exercise of all forms of worship, was considered the charter of religion and the keystone of secularism. Its main purpose was the denationalization of the forms of worship that were « recognized » until then, and it took some time before the churches learned to use all the resources that civil society allowed them. However, the authorities hesitated which policy they had to follow towards the emergence of new forms of religiosity and towards the irruption of Islam in French society. This law is one element among others that display a complex equilibrium.

Texte intégral - Full text Résumé - Abstract

Pierre Hayat

Ferdinand Buisson (1841-1932), militant de la laïcité et de la paix

Ferdinand Buisson (1841-1932). Champion of Secularism and Peace

235-251

Boule Ferdinand Buisson est l’homme qui mit en place les lois scolaires de la troisième République et présida la commission parlementaire préparatoire à la loi de 1905 portant séparation des Églises et de l’État. Ce serviteur de la laïcité fut aussi un inlassable militant de la paix, consacré par le prix Nobel reçu en 1927. Si l’âpreté du combat laïque a prémuni Ferdinand Buisson de l’irénisme, l’idéal de paix est demeuré l’horizon de pensée et d’action de ce protestant libéral, grand commis de la République et de l’école populaire.

Boule Ferdinand Buisson introduced the French school laws of the third Republic and chaired the parliamentary commission that prepared the law of 1905 concerning the separation of the Churches and the State. This servant of secularism was also a tireless champion of peace, which was recognized by the Nobel price that he received in 1927. Even though the harshness of the fight for secularism preserved Ferdinand Buisson from irenicism, the ideal of peace continued to inspire the thinking and action of this liberal protestant, who was a top-ranking civil servant of the Republic and the public school.

Texte intégral - Full text Résumé - Abstract

Gilbert Vincent

Protestantisme libéral, tolérance et esprit laïque. L’interprétation de l’œuvre de Castellion par Ferdinand Buisson

Liberal Protestantism, Tolerance and a Secular Spirit. Fernand Buisson’s Interpretation of the Work of Castellion

253-277

Boule Peu connue, la thèse de Buisson s’attache à faire de Castellion la figure emblématique d’un protestantisme « libéral » aussi ancien que le protestantisme défini par Calvin. Cette thèse, œuvre de maturité, prouve que l’engagement de Buisson en faveur du protestantisme libéral n’est pas une simple affaire de jeunesse. On y découvre l’esquisse, sinon plus, d’une philosophie religieuse originale, au confluent du double héritage de Kant et de Benjamin Constant.

Boule Buisson’s rather unknown thesis holds that Castellion is the figure-head of a « liberal » Protestantism that is as old as Calvin’s Protestantism. This thesis is a work of his mature age, which proves that Buisson’s commitment to liberal Protestantism is not just an affair of his youth. It displays the sketch, or even more than that, of an original religious philosophy, in which the double heritage of both Kant and Benjamin Constant meet.

Texte intégral - Full text Résumé - Abstract

Luc Fraisse

L’engagement dans la neutralité : Proust et la Loi de 1905

Commitment in Neutrality : Proust and the Law of 1905

279-302

Boule L’écrivain Marcel Proust n’a pris que deux engagements publics au cours de sa vie, l’un en faveur de Dreyfus dès le début de l’Affaire, l’autre contre la loi de Séparation des Églises et de l’État. Lui-même fils d’une mère juive et élevé dans la religion catholique de son père, et proche de l’agnosticisme, il propose, en deux textes très argumentés de 1903 et 1904, une analyse d’une rare acuité parce qu’elle est totalement détachée des deux partis en présence. C’est dans cet esprit qu’il réfute la loi Combes sans prendre le parti du clergé. Il en résulte une réflexion très riche sur le conflit qu’il est intéressant de redécouvrir. On comprendra aussi pourquoi ce conflit n’a pas pu servir de matière au romancier, contrairement à l’affaire Dreyfus, et comment il transparaît malgré tout par allusions dans la Recherche du temps perdu (1913-1927)

Boule The writer Marcel Proust has made but two public commitments during the course of his lifetime. The first was in favor of Dreyfus, at the very beginning of the Affair, and the other against the law separating the Church and the State. Being himself the son of a Jewish mother, being brought up bearing his father’s catholic religion and close to agnosticism, he offers in two texts of 1903 and 1904, both of which are rich in arguments, an analysis of rare acuity because it is devoid of any one-sided inclination. It is in this state of mind that he refutes the Combes law without taking the clergy’s side resulting in a very rich reflection on the dispute. Rediscovering these thoughts is of great interest and sheds light on why the conflict has never been explicitly used by the novelist in any of his novels, contrary to the Dreyfus Affair, but how it is present by allusions in the Search of Lost Time (1913-1927).

Revue des livres - Book Reviews

Texte intégral - Full text

Sciences bibliques : Monde de la Bible - Généralités - Ancien Testament

Bible : World of the Bible - General - Old Testament

Texte intégral - Full text

Livres reçus

Books received

Haut - Top