Revue d'Histoire et de Philosophie Religieuses

RHPR 2007, tome 87, no 1

Texte intégral - Full text  Texte intégral (fichier PDF) - Full text (PDF file)

Résumé - Abstract  Résumé - Abstract

 

Texte intégral - Full text

Matthieu Arnold, Ch. Grappe

Avant-propos

3
Texte intégral - Full text

Christian Grappe

Éloge du Professeur Gerd Theissen

5-12
Texte intégral - Full text

Gerd Theissen

Réponse du Professeur Gerd Theissen

13-17

Articles

Texte intégral - Full text Résumé - Abstract

Gerd Theissen

Les quatre phases de la naissance du Nouveau Testament. Esquisse d’une histoire de la première littérature chrétienne

The Four Phases in the Development of the New Testament. Sketch of a History of Early Christian Literature

19-53

Boule On propose ici de distinguer quatre phases dans l’histoire des formes de la littérature du Nouveau Testament. Deux figures, Jésus et Paul, donnent, lors d’une phase « charismatique », l’impulsion en vue de l’apparition des deux formes fondamentales : évangiles et épîtres. Celles-ci sont imitées lors d’une phase « pseudépigraphique » ; complétées lors d’une phase « fonctionnelle » par des formes qui ne sont attestées qu’une fois (Ac, Ap, Hb) ; rassemblées dans une phase « canonique » selon le modèle de la Septante mais en contraste avec Marcion. Les quatre phases reflètent l’autorité du charisme, de la tradition, du genre littéraire et de l’Église. La littérature chrétienne apocryphe est, sur le plan de l’histoire des formes, un prolongement de la phase fonctionnelle. Une dynamique qui traverse les frontières entre juifs et païens, couches supérieures et inférieures, tradition orale et écrite caractérise la première littérature chrétienne. C’est la littérature d’une petite sous-culture qui prétend être le commencement d’une nouvelle humanité.

Boule In the history of New Testament literature and its forms we can distinguish four phases : in a « charismatic » phase two persons, Jesus and Paul, give rise to the development of two fundamental forms, gospel and letter, which are imitated in a « pseudepigraphic » phase, completed in a « functional » phase by forms that occur only once (Acts, Apocalypse, Hebrews), and collected in a « canonical » phase according to the model of the Septuagint but in contrast with Marcion. The four phases reflect the authority of charisma, tradition, literary genre and the Church. From a form critical point of view, apocryphal Christian literature is a continuation of the functional phase. Early Christian literature is characterised by a dynamics that transcends the boundary between Jews and Gentiles, upper and lower classes, and oral and written traditions. It is literature of a small subculture that pretends to be the beginning of a new mankind.

Texte intégral - Full text Résumé - Abstract

Bernard Pouderon

L’interdiction de l’avortement dans les premiers siècles de l’Église

The Prohibition of Abortion in the First Centuries of the Church

55-73

Boule Les Pères des premiers siècles ont unanimement condamné l’avortement. Néanmoins, on constate des divergences notables dans les jugements qu’ils portent à son encontre : si les uns (tels les Cappadociens) le considèrent comme un meurtre, à quelque stade que ce soit du développement du fœtus, d’autres, s’appuyant sur le texte d’Ex 21, 22-25 LXX, ne l’assimilent à un homicide que si « ce qui est dans le ventre » est « formé à l’image » (c’est le cas de nombre d’Antiochiens) ; d’autres, enfin, s’appuyant sur l’aporie des théologiens et des philosophes sur le moment de l’animation, refusent que l’on qualifie d’homicide la suppression d’un être vivant qui n’a peut-être pas encore reçu d’âme proprement humaine, tandis que plusieurs (comme Tertullien, voire Augustin) admettent comme parfaitement légitime l’avortement thérapeutique.

Boule The Fathers of the first centuries unanimously condemned abortion. Yet there are remarkable differences in the judgments they pass on it. Some of them, like the Cappadocians, consider it murder, to whichever stage the fœtus had developed ; others, referring to Exodus 21,22-25 LXX, compare it to homicide only when « that which is in the womb » is « formed in the image » (thus a number of Antiochians) ; still others, referring to the aporia of theologians and philosophers on the moment of animation, refuse that the removal of a living being that may perhaps not yet have received a truly human soul be called homicide, whereas several Fathers (like Tertullian, even Augustine) allow therapeutic abortion as perfectly legitimate.

Revue des livres - Book Reviews

Texte intégral - Full text

Histoire des religions - Histoire de l'art
Philosophie - Théologie systématique
Sociologie - Théologie pratique

History of Religion - History of Art
Philosophy - Systematic Theology
Sociology - Practical Theology

Haut - Top